arrow_backTous nos conseils immobiliers

Immobilier locatif : quel est le profil type de l’investisseur ?

Immobilier locatif : quel est le profil type de l’investisseur - Kaufman & Broad
Quel est aujourd’hui le portrait type de l’investisseur locatif en France ? Bien loin d’une quelconque uniformité, la dernière enquête menée par le Crédit Foncier auprès d’un panel de plus de 2 500 clients révèle toute la richesse des profils, des âges et des motivations.

L’investisseur locatif type

Le Crédit Foncier, partenaire historique de Kaufman & Broad, a publié au mois de septembre 2018 une nouvelle étude qui permet d’en apprendre un peu plus sur profil de l’investisseur locatif en France.

Son âge ? 45 ans en moyenne, si l’on en croit les réponses fournies par un panel représentatif des clients de la banque. Les personnes âgées de 40 à 50 ans incarnent plus d’un tiers des personnes représentées (35 %) : cette tranche d’âge est souvent celle des premières stratégies patrimoniales élaborées pour la retraite, et correspond par ailleurs à un pic d’employabilité et de revenus. 33 % des investisseurs ont dépassé leur 50e anniversaire. La jeune génération n’a toutefois pas à rougir : 32 % sont âgés de moins de 40 ans, et seulement 5 % ont moins de 30 ans.

Le revenu annuel médian du foyer – 72 % des investisseurs locatifs sont soit mariés, soit pacsés, soit en concubinage – s’établit à 71 100 €.  
 

Pourquoi investir dans l’immobilier ?

Les raisons de se lancer dans l’investissement locatif sont nombreuses, et tendent très souvent à se cumuler.

  • 54 % des personnes interrogées ont fait ce choix dans le but d’augmenter et de diversifier leur patrimoine. On note toutefois que cette motivation semble bien plus répandue chez ceux qui optent pour une acquisition dans l’ancien, qui sont 63 % à la mentionner, contre 48 % dans le neuf, où l’attrait principal est plus souvent la défiscalisation.
  • 50 % des personnes interrogées envisagent l’investissement locatif comme une prévoyance pour la retraite. L’idée consiste ici à profiter d’un complément de revenu après la fin de la vie active et le remboursement du prêt.
  • 47 % des personnes interrogées décident d’acheter pour louer afin de payer moins d’impôts. Cette motivation concerne surtout les nombreux Français qui optent pour un dispositif de défiscalisation comme le dispositif Pinel ou Censi-Bouvard.

 

Quelques chiffres-clés 

  

  • Le nombre de crédits immobiliers accordés pour un investissement locatif dans le neuf a connu une augmentation de 23 % entre 2014 et 2017. 
  • L’Île-de-France regroupe 23 % des acquisitions en investissement locatif, ce qui ne la classe qu’en deuxième place. L’Occitanie rassemble quant à elle 27 % des projets.

Quels types de biens ?

Sans surprise, l’appartement reste le bien préféré des investisseurs locatifs en raison de sa rentabilité plus intéressante au mètre carré et de son ticket d’entrée moins élevé. Il recueille la préférence de 92 % des personnes interrogées, contre seulement 8 % pour les maisons. La grande majorité des biens loués sont d’ailleurs des petites superficies : on compte environ 60 % de studios et de deux-pièces d’une surface habitable inférieure ou égale à 45 m².

Des disparités régionales assez apparentes

  • Les quatre grandes régions du Sud (Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, PACA et Nouvelle-Aquitaine) concentrent 56 % des opérations.
  • Les 7 régions du Nord (hors Île-de-France) n’en rassemblent que 22 %.
  • 22 % des opérations d’investissement locatif, enfin, sont réalisées en Île-de-France. La région francilienne est aussi celle où l’investisseur moyen déclare le revenu annuel médian le plus élevé (77 960 €, soit 10 % de plus que la moyenne nationale).

Cette dernière étude du Crédit Foncier le démontre clairement : le profil de l’investisseur locatif est plus diversifié qu’on ne le pense généralement. Les opportunités abondent sur l’ensemble du territoire, et attirent jeunes et moins jeunes.

Trois points clés à retenir :

  • La tranche d’âge des 40-50 ans est celle qui investit le plus, et souvent dans le but de diversifier son patrimoine ou de préparer sa retraite.
  • L’appartement reste le bien privilégié par les investisseurs locatifs en raison de sa rentabilité plus intéressante au mètre carré.
  • Le revenu moyen des investisseurs varie d’une région à l’autre. La région parisienne étant celle où il est le plus haut.