• {{ msg }}
arrow_backTous nos conseils immobiliers

Investir dans l’immobilier : ce que veulent les jeunes

les jeunes et l'immobilier
Comme leurs aînés, les jeunes aspirent à devenir propriétaires ! Mais pas forcément n’importe où… Après des années de crise sanitaire, ils aspirent à un cadre péri-urbain, entre ville et campagne.

En matière d’immobilier, les jeunes partagent le même objectif que leurs aînés : devenir propriétaires ! C’est ce qui ressort d’une vaste étude réalisée par l’institut Ifop pour la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), auprès de mille étudiants et jeunes actifs, âgés de 18 à 30 ans.

Un plébiscite pour l’accession à la propriété

Parmi les jeunes adultes interrogés, 14 % se révèlent déjà propriétaires de leur logement, tandis que 80 % des non-propriétaires ambitionnent de le devenir à plus ou moins longue échéance : 60 % à l’horizon de dix ans, dont 47 % dans les cinq ans !
Ce plébiscite pour l’accession à la propriété est essentiellement motivé par des raisons économiques. Car investir dans l’immobilier jeune, en vue d’y habiter soi-même, permet non seulement de bénéficier d’un toit, mais aussi de se constituer un patrimoine immobilier sans effort particulier : mieux vaut, en effet, rembourser un crédit immobilier par mensualités que de payer un loyer tous les mois ! Rien d’étonnant, donc, à ce que, selon l’étude, les jeunes adultes appellent de leurs vœux à une politique de logement qui favorise l’accession à la propriété, les aides au logement, ou encore la construction de logements neufs.

Des choix guidés par la crise sanitaire

En plus de mettre en lumière le désir de propriété des 18-30 ans, l’étude de l’Ifop nous éclaire également sur la nature des biens qui les attirent. Et de toute évidence, c’est la maison individuelle qui fait rêver le plus grand nombre, avec un score de 70 %. Les jeunes adultes interrogés disent également souhaiter vivre en milieu péri-urbain. Autrement dit, entre ville et campagne.
Par ailleurs, les différents confinements et autres restrictions sanitaires ont une influence sur leurs choix, puisqu’ils sont 80 % à souhaiter un jardin privatif et 65 % un espace pour pouvoir télétravailler. Au-delà de la sécurité, qui demeure l’attente numéro un (96 %), la plupart des personnes sondées veulent de la verdure (91 %), des équipements et services publics à proximité (87 %) et un logement écologique (86 %), confirmant ainsi une tendance de fond observable depuis quelque temps déjà.

Investir dans l’immobilier quand on est jeune

Si un grand nombre des jeunes adultes ambitionnent d’acquérir leur logement principal, beaucoup pensent aussi à l’investissement locatif. Ainsi, plus d’un tiers envisagent d’acheter un logement pour le louer – ils sont même 40 % chez les jeunes actifs à envisager un projet d’investissement locatif. Il faut dire qu’investir dans l’immobilier jeune est une démarche pleine de bon sens, dans la mesure où elle peut faciliter, ultérieurement, la réalisation de projets immobiliers plus ambitieux. Notamment dans les villes qui font partie de leur top 10, comme Bordeaux.