• {{ msg }}
arrow_backTous nos conseils immobiliers

Taux au plus bas : faut-il utiliser son épargne pour financer son logement ?

Taux au plus bas : faut-il utiliser son épargne pour financer son logement ?
Alors que les taux sur 20 ans tournent autour de 1% depuis des mois, selon le courtier en crédit Meilleurtaux, alors que les assurances-vie et certains placements financiers sont mieux rémunérés, est-il judicieux d’utiliser son épargne quand on achète un bien ? Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux, nous donne son analyse.

Faut-il emprunter la totalité du prix du bien que l’on souhaite acheter ?

M.B : Il y a encore quelques années, certaines banques finançaient à 110%, c’est-à-dire en incluant les frais annexes. Aujourd’hui, ce n’est plus possible de le faire. Elles demandent a minima 10% d’apport, qui correspondent à ces frais. Donc oui, si vous pouvez emprunter 100% du prix du bien, hors frais de notaire, faites-le. Mais, si vous augmentez votre apport de 10% supplémentaires, c’est encore mieux. Vous serez en position de négocier un meilleur taux.

Quel est la bonne part d’apport dans un financement ?

M.B : La bonne part, c’est d’abord celle qui permet d’obtenir la bonne mensualité, qui vous laisse un « reste à vivre » adapté à votre situation. C’est aussi celle qui vous permettra de bien négocier avec votre banquier. On a demandé aux banques de limiter les risques emprunteurs, dans une période où la stabilité professionnelle est plus fragile, notamment dans les secteurs les plus touchés par les confinements et les restrictions. Elles sont plus enclines à accorder les prêts avec des apports plus conséquents… Et, avec un « bon » apport, vous serez mieux armés pour obtenir un taux plus compétitif. Quoi qu’il en soit, quand les mensualités le permettent, je préconise de ne pas dépasser les 30% d’apport, frais inclus.

Et si on dispose de toute la somme, dans le cas d’une revente par exemple. Doit-on payer comptant ?

M.B : Je le déconseille. Il vaut mieux garder son argent et emprunter pour financer le bien. C’est une question de prévoyance en cas d’accident de la vie. Avec un achat à crédit, votre assurance emprunteur prend le relais en cas de décès, par exemple. C’est elle qui va payer tous les mois ce qu’il reste à rembourser. Cela laisse un matelas financier pour les héritiers. 

Donc, c’est à chacun de placer le curseur entre épargne et emprunt

M.B : Oui, tout en gardant à l’esprit qu’avec des taux d’intérêts aussi bas, la logique est d’emprunter le maximum.